Sainte-Claire Vevey EERV – Atelier théologique : que voulons-nous vivre en ce lieu ?

Nous étions quatre personnes, à l’atelier théologique du jeudi 5 octobre ; après une introduction biblique – « Œuvrer aux œuvres de Dieu », nous était soumise les questions :

« A Sainte-Clarie, aujourd’hui, avec son histoire propre et dans notre société pluraliste, comment traduire les fondamentaux théologiques du protestantisme en une pratique, notre pratique ? Qu’est-ce que j’aimerais voir et vivre aux différents endroits dans cette église …»

Chaque participant, après un moment de réflexion, a guidé les autres à travers « son » église.

Voici les quatre visites guidées :

  1. « Une église qui me fait rencontrer le Christ en l’autre, dans la communauté … et en moi. Une église où la Parole est partagée, notamment à travers des discussions autour de la foi et de la Bible. Un lieu de bénédiction : c’est confortable, il fait chaud, je suis à l’aise. Il y a un prière régulière. Les uns et les autres peuvent s’exprimer avec l’art, le symbole … et aussi la parole. La créativité a sa place : « Louez-le avec tous les instruments. » Comment tenir la tension entre histoire et modernité ? Que communiquer, et comment, avec le dehors ? Récolter du fruit, vivre de la convivialité, faire des rencontres, ce qui implique une ouverture vers la mobilité et la diversité, de la couleur ! Où est le nouveau cœur, au centre ? En final, un lieu qui redonne du sens et de l’énergie. »
  2. « La porte est ouverte, une ouverture à la diversité, un lieu d’accueil et de convivialité, qui fait place aux arts, à la musique, à la louange, à la joie pascale. S’y vit une diversité des expressions, et les enfants sont « assis » parmi nous. La nourriture spirituelle, un enseignement « élargi et renouvelé », nous pouvons approfondir nos racines, ce qui porte et nous permet à tenir debout. Des repas bienfaisants, ici en l’église, du partage et des échanges, ce qui permet un rapprochement des fidèles, des veillées de prière, quand la vie l’impose, des concerts, tout cela en un esprit œcuménique.»
  3. « Être là pour son prochain, tendre la main, aider les pauvres, dans la Passion de la Parole, dans la joie du chant, de la musique, de la danse et de l’improvisation. J’aimerais aussi peindre, nous pourrions même peindre à partir de la Parole. Une église participative, des ateliers qui donnent du sens, un partage tout simple, de toutes nos spécialités. Il y a un coin de prière et de méditation, un espace de « théâtre liturgique », une sorte de « cabaret », dans le bon sens du terme. Donc comment transformer ce qui est encore très austère un quelque chose de cosy ? »
  4. « Bienvenue, qui tu sois, tel que tu es ! Regarde comment c’est beau, écoute et sens ! Un accueil et une sortie bienfaisants ; goûtez comment Dieu est bon. Venez avec nous, tous, avec les enfants, partageons et dansons ensemble, toujours orientés par la Parole. Dieu, tu aimerais le voir ? Regarde la croix ! Tu renonces à voir, donc crois … et qu’est-ce qui tient ? L’amour ! J’expose et je m’expose, et je t’invite à faire de même. Communiquer, communier … »

Sainte-Claire Vevey EERV – Atelier théologique 5 octobre 2017, 20h (Armin Kressmann) : œuvrer aux œuvres de Dieu

  • Chaque participantE se situe :

« Pour moi, les fondements théologiques du projet Sainte-Claire Vevey sont : … »

Noter sur post-it, chaque participant une autre couleur

  • Visites guidées : unE participantE après l’autre fait visiter l’église aux autres et leur fait découvrir ce qui pour lui ou elle sont les fondements théologiques du projet Sainte-Claire ; coller les post-it aux différents endroits de l’église

  • Jean 9,1-5(41) … (chapitre 8 Le Bon Berger) … comme texte fondateur :

« En passant

Jésus

vit

un homme aveugle de naissance

ses disciples

posèrent cette question

qui a péché

pour qu’il soit né aveugle

lui

ses parents ?

Jésus répondit

Ni lui

ni ses parents

mais c’est pour que

les œuvres de Dieu

se manifestent

en lui

tant qu’il fait jour

il nous faut œuvrer

aux œuvres de celui qui m’a envoyé

la nuit vient

ou personne ne peut ouvrer

aussi longtemps que je suis dans le monde

je suis la lumière du monde »

  • En vue d’une charte … que retenons-nous ?

Sainte-Claire Vevey, atelier théologique du 14 septembre 2017 – Foi, Église, théologie

Pour commencer nous étions trois personnes, les échanges et le débat étaient riches, et les questions soulevées prometteuses pour la suite :

  • Qu’est-ce qui nous réunit, ceux et celles qui veulent faire de la théologie ?
  • Et faire de la théologie, qu’est-ce que cela veut dire ? Est-ce un discours sur Dieu ou une réflexion sur le discours sur Dieu et la relation avec lui, un peu comme la musicologie, qui n’est pas faire de la musique, mais réfléchir sur la musique ?
  • Nous devons donc distinguer, nous semble-t-il, la théologie de la foi et de la spiritualité.
  • Surgit la prière et cette finalité « prier sans cesses », et la forme que prend la prière quand on arrive au point d’une vie où tout est dans la main de Dieu ; finalement la prière comme tournure d’esprit. Ou d’Esprit ? Une vie de prière. Qu’est donc la prière ?
  • Et quand tout est dans les mains de Dieu, quelle place à l’être humain ? Notre responsabilité et notre intelligence ?
  • Tout cela dans un monde qui manque de sens, qui cherche de sens, qui aimerait trouver du sens ; la soif des humains.
  • Dans ce monde, dans notre vie, quelle place de la bible ?
  • Et son centre ? Le cœur de la foi ? Grâce, pardon, amour ? Le double commandement d’amour ?!

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le grand, le premier commandement. Un second est aussi important : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.” (Matthieu 22,37-39)

  • Dans la tension entre absence et présence, sens et non-sens :

Personne n’a jamais vu Dieu ; Dieu Fils unique, qui est dans le sein du Père, nous l’a dévoilé.” (Jean 1,18)

  • La question de Dieu et la question de Jésus, ce qui n’est pas la même chose, encore moins pour nos contemporains.
  • Donc faire de la théologie, pour réguler le discours :
    • Ce que les dogmes ont fait des récits sur Jésus, les énoncés de la foi chrétienne
    • Donc comprendre les textes bibliques
    • Formuler des propositions aux croyants
    • En dégager des pistes d’actions
    • Faire et devenir Église
    • Y trouver une certaine cohérence, des accords
    • Gérer les désaccords et les conflits
    • Dégager des nouvelles pistes pour le bien du monde
    • Les uns avec les autres, aussi entre Églises, chercher ce que Paul Tillich a appelé un équilibre entre le principe catholique, la positivité de ce qui est donné, – on pourrait parler de tradition -, et le principe protestant, la mise en question de ce qui est donné pour dégager des ouvertures sur l’avenir.
    • Enfin, la théologie, est-ce une science ?
  • Et pour clore cette soirée, quelques enjeux théologiques
    • L’interculturalité et les relation avec les autres religions, notamment l’Islam
    • Vivre sa foi, faire de la théologie dans le sens de la vie, des spiritualités qui la soutiennent et favorisent : notre théologie de la création
    • Le christianisme areligieux (avec Dietrich Bonhoeffer)
    • La vie spirituelle, la médiation : comment traduire la grâce en une pratique ?
    • En découlent les enjeux d’ordre éthique (ou morale)