Sainte-Claire Vevey EERV – Atelier théologique 5 octobre 2017, 20h (Armin Kressmann) : œuvrer aux œuvres de Dieu

  • Chaque participantE se situe :

« Pour moi, les fondements théologiques du projet Sainte-Claire Vevey sont : … »

Noter sur post-it, chaque participant une autre couleur

  • Visites guidées : unE participantE après l’autre fait visiter l’église aux autres et leur fait découvrir ce qui pour lui ou elle sont les fondements théologiques du projet Sainte-Claire ; coller les post-it aux différents endroits de l’église

  • Jean 9,1-5(41) … (chapitre 8 Le Bon Berger) … comme texte fondateur :

« En passant

Jésus

vit

un homme aveugle de naissance

ses disciples

posèrent cette question

qui a péché

pour qu’il soit né aveugle

lui

ses parents ?

Jésus répondit

Ni lui

ni ses parents

mais c’est pour que

les œuvres de Dieu

se manifestent

en lui

tant qu’il fait jour

il nous faut œuvrer

aux œuvres de celui qui m’a envoyé

la nuit vient

ou personne ne peut ouvrer

aussi longtemps que je suis dans le monde

je suis la lumière du monde »

  • En vue d’une charte … que retenons-nous ?

L’esprit Sainte-Claire Vevey – Tout sauf ce qui ne veut pas tout

L’esprit de Sainte-Claire Vevey ne m’appartient pas, mais je peux quand même en rêver et inviter tout le monde à faire de même. De toute façon il n’appartient à personne d’autre qu’à l’Esprit lui-même ; celui cependant, nous devons l’accueillir et interpréter. Ce dont je rêve, le voici :

« Sainte-Claire Vevey souhaite accueillir toute activité qui souhaite accueillir Dieu en sa parole. En elle-même, elle ne sait pas comment cela se fait. Elle a donc besoin de recevoir les expériences qui, avec elle, se mettent à la recherche. Elle n’exclue personne, sauf des gens qui excluent des personnes qui cherchent comme elle. Et elle ne veut pas non plus des activités qui excluent ; même les enfants, surtout eux, sont les bienvenus. C’est aux activités de s’adapter à leurs publics et non pas aux publics de s’adapter aux activités. Sainte-Claire Vevey veut accueillir l’Esprit tel qu’il souffle, sur les voies de la parole telle que transmise par la bible. Sainte-Claire Vevey n’exclue rien, sauf ce qui exclue, par manque d’amour et de miséricorde. C’est une interprétation de ce qui est biblique, Sainte-Claire Vevey en est consciente ; elle ne pourra donc pas faire autrement qu’exclure, tout ce qui exclue. En sa pauvreté, l’esprit de Sainte-Claire Vevey accepte tout. »

Armin Kressmann 2017

Sainte-Claire Vevey, atelier théologique du 14 septembre 2017 – Foi, Église, théologie

Pour commencer nous étions trois personnes, les échanges et le débat étaient riches, et les questions soulevées prometteuses pour la suite :

  • Qu’est-ce qui nous réunit, ceux et celles qui veulent faire de la théologie ?
  • Et faire de la théologie, qu’est-ce que cela veut dire ? Est-ce un discours sur Dieu ou une réflexion sur le discours sur Dieu et la relation avec lui, un peu comme la musicologie, qui n’est pas faire de la musique, mais réfléchir sur la musique ?
  • Nous devons donc distinguer, nous semble-t-il, la théologie de la foi et de la spiritualité.
  • Surgit la prière et cette finalité « prier sans cesses », et la forme que prend la prière quand on arrive au point d’une vie où tout est dans la main de Dieu ; finalement la prière comme tournure d’esprit. Ou d’Esprit ? Une vie de prière. Qu’est donc la prière ?
  • Et quand tout est dans les mains de Dieu, quelle place à l’être humain ? Notre responsabilité et notre intelligence ?
  • Tout cela dans un monde qui manque de sens, qui cherche de sens, qui aimerait trouver du sens ; la soif des humains.
  • Dans ce monde, dans notre vie, quelle place de la bible ?
  • Et son centre ? Le cœur de la foi ? Grâce, pardon, amour ? Le double commandement d’amour ?!

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le grand, le premier commandement. Un second est aussi important : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.” (Matthieu 22,37-39)

  • Dans la tension entre absence et présence, sens et non-sens :

Personne n’a jamais vu Dieu ; Dieu Fils unique, qui est dans le sein du Père, nous l’a dévoilé.” (Jean 1,18)

  • La question de Dieu et la question de Jésus, ce qui n’est pas la même chose, encore moins pour nos contemporains.
  • Donc faire de la théologie, pour réguler le discours :
    • Ce que les dogmes ont fait des récits sur Jésus, les énoncés de la foi chrétienne
    • Donc comprendre les textes bibliques
    • Formuler des propositions aux croyants
    • En dégager des pistes d’actions
    • Faire et devenir Église
    • Y trouver une certaine cohérence, des accords
    • Gérer les désaccords et les conflits
    • Dégager des nouvelles pistes pour le bien du monde
    • Les uns avec les autres, aussi entre Églises, chercher ce que Paul Tillich a appelé un équilibre entre le principe catholique, la positivité de ce qui est donné, – on pourrait parler de tradition -, et le principe protestant, la mise en question de ce qui est donné pour dégager des ouvertures sur l’avenir.
    • Enfin, la théologie, est-ce une science ?
  • Et pour clore cette soirée, quelques enjeux théologiques
    • L’interculturalité et les relation avec les autres religions, notamment l’Islam
    • Vivre sa foi, faire de la théologie dans le sens de la vie, des spiritualités qui la soutiennent et favorisent : notre théologie de la création
    • Le christianisme areligieux (avec Dietrich Bonhoeffer)
    • La vie spirituelle, la médiation : comment traduire la grâce en une pratique ?
    • En découlent les enjeux d’ordre éthique (ou morale)

Sainte-Claire Vevey, culte d’inauguration de l’orgue, dimanche 24 septembre à 10h

Une église du nom de Sainte-Claire, un orgue richement restauré et un texte biblique qui nous est donné pour le culte d’inauguration de cet instrument :

“Un notable interrogea Jésus : « Bon maître, que dois-je faire pour recevoir la vie éternelle en partage ? » Jésus lui dit : « Pourquoi m’appelles-tu bon ? Nul n’est bon que Dieu seul. Tu connais les commandements : tu ne commettras pas d’adultère, tu ne commettras pas de meurtre, tu ne voleras pas, tu ne porteras pas de faux témoignage, honore ton père et ta mère. » Le notable répondit : « Tout cela, je l’ai observé dès ma jeunesse. » L’ayant entendu, Jésus lui dit : « Une seule chose encore te manque : tout ce que tu as, vends-le, distribue-le aux pauvres et tu auras un trésor dans les cieux ; puis viens, suis-moi. » Quand il entendit cela, l’homme devint tout triste, car il était très riche. Le voyant, Jésus dit : « Qu’il est difficile à ceux qui ont les richesses de parvenir dans le Royaume de Dieu ! Oui, il est plus facile à un chameau d’entrer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu. » Les auditeurs dirent : « Alors, qui peut être sauvé ? » Et lui répondit : « Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu. » Pierre dit : « Pour nous, laissant nos propres biens, nous t’avons suivi. » Il leur répondit : « En vérité, je vous le déclare, personne n’aura laissé maison, femme, frères, parents ou enfants, à cause du Royaume de Dieu, qui ne reçoive beaucoup plus en ce temps-ci et, dans le monde à venir, la vie éternelle. »” (évangile selon Luc 18,18-30 TOB)

Parfois les coïncidences nous laissent perplexes et une rencontre comme celle entre l’histoire de Claire d’Assise et l’évangile du jour que le lectionnaire, la liste des lectures dominicales, nous propose devient signe : il y a fête, et en ce moment de fête nous sommes renvoyés à nos pauvretés. C’est en celles-ci, semble-t-il, que Dieu veut nous rencontrer. Laissons-nous donc surprendre et en nos faiblesses, nos manques, vides et failles, faisons place à celui qui nous invite au partage de son Royaume.

Rendez-vous nous est donné, le dimanche 24 septembre, à 10h à l’Église de Sainte-Claire à Vevey.